Direction artistique graphique Les oreille en pointe 2014

Festival Oreilles en Pointe : Direction artistique et graphique 2014

Réaliser la communication d’un festival de musique est un projet enthousiasmant : on se doit de laisser libre court à sa créativité tout en respectant une identité à mettre en avant. Depuis plusieurs années, je m’emploie à animer l’image du Festival de la région Stéphanoise : Les Oreilles en Pointe, qui se situe plus précisément dans la vallée de l’Ondaine.

Plaquettes programme Festival Les Oreilles en Pointe
Créé en 1991 par l’association du même nom, cette manifestation est organisée en partenariat avec le Syndicat Intercommunal de la Vallée de l’Ondaine. Ce festival s’applique à inviter des artistes à découvrir pour leurs tours de chants généreux et leur authenticité.

L’ambiance y est décontractée mais la manifestation affiche aussi la volonté de faire se resserrer les mailles du tissu social et économique de la région.
Et depuis toutes ces années, une mascotte personnifie ce mélange de dynamisme et d’enthousiasme un tantinet irrévérencieux.

La mascotte des oreilles en pointe : « la bébête ».

Mascotte "La bébête" du festival Oreilles en Pointe

C’est le nom qu’on lui donne entre acteurs du festival, mais il s’agit bien avant tout d’une figure plutôt que d’un nom. Cette mascotte est un loup aux oreilles évidemment pointues (on parle de musique, n’est ce pas), déguisé en mouton. Elle fut à l’origine une sculpture en papier/carton d’une plasticienne, destinée à accueillir les festivaliers avant les concerts. Elle a vite été couchée et réinterprétée sur le papier.
Le loup est une figure très symbolique : source de menace, il incarne l’état sauvage. Il peut aussi être interprété comme une figure d’agitateur.
Ainsi dans le cas des Oreilles en Pointe, il illustre le souhait de faire se réveiller en chaque spectateur, un individu critique et passionné : le loup, déguisé en mouton pour mieux nous approcher, se révèle et devient le pourvoyeur de musique qui inspire, ravit et nourrit. Bref, cette bébête personnifie totalement ce festival de découvertes.

Cependant, il a fallu prendre de la distance avec cette image d’Epinal du loup. Je veille donc à ce que la bébête demeure un trublion sympathique en lui faisant arborer des courbes plus rondouillardes qu’acérées, des attitudes plus rock n’roll que prédatrices et un sourire plus désinvolte que cruel.

Mascotte Festival Les Oreilles en pointe - croquis
Sous mon trait de crayon, elle a hérité de précédentes interprétations de loup et bêtes étranges comme le loup de Tex Avery, le diable de Tasmanie des Loonney Tunes, le chat du Cheshire d’Alice au pays des merveilles, ou encore comme Stitch des studios Disney.

Inspiration pour la mascotte du Festival Les oreilles en pointe

De la matière…

Les références précédentes sont très volontiers venues du dessin car de même qu’il a une mascotte, le festival a un style graphique basé sur le dessin et la texture des matières : gribouillis, papier, déchirures, peinture, tags, dégoulinures…

Car soit qu’elle raconte une petite histoire comme dans une BD, ou qu’elle affirme l’identité urbaine et métissée du festival, la communication graphique ne peut être lissée ou aseptisée. Ce traitement raconte la dimension bonne enfant et authentique du festival.

Le petite histoire :

La mascotte et son style ne sont que des ingrédients de la recette. Chaque année, nous nous efforçons (Tibert, le directeur artistique et moi) de trouver une petite histoire à nous raconter et comment notre bébête va nous y plonger : Est ce que l’on essaye de définir en une image la nature même du festival ? Est ce que le festival veut réveiller la rue et les voisins engourdis dans leur quotidien ? Est ce que l’on imagine convier les festivaliers à un voyage musical et pourquoi pas extra planétaire ?

Visuels 2009 2012 2013 Les oreilles en pointe

Année 2014, et si on allait visiter l’univers des super héros ?

L’univers en question est globalement très à la mode depuis quelques années. D’abord restreint à des amateurs marginalisés, il est devenu un terrain de référence du grand public depuis l’affirmation et l’auto reconnaissance de la culture geek.
On pourrait même dire que tel le loup, c’est devenu un archétype commode.
Dans la communication, les exemples sont légions. Ici une belle compilation de la façon dont les super héros sont souvent employés.
Dernièrement encore, une campagne pour un opérateur de téléphonie utilisait les super héros.

Affiches Orange super heros

L’origine des super héros se trouve la bande dessinée et les soap opéra des années 30 aux États Unis (rien de dépaysant donc comme support d’inspiration pour les Oreilles en Pointe). Mes premières recherches se sont orientées tout naturellement vers les couvertures mythiques du genre. Je me suis alors naturellement appuyée sur un mode d’expression d’Internet comme le mème qui consiste à répéter, imiter voir parodier une référence, visuelle notamment.

En effet, la culture du super héros et donc des comics est très présente sur Internet et cette pratique courante. Même les créateurs de comics se sont souvent amusés avec des couvertures mythiques, une façon aussi de leur rendre hommage  : cet article liste par exemple les hommages et références faites à la très célèbre première couverture de Superman de 1938.

Couverture comics superman 1938

Hommages à la première couverture superman

Mais je ne me suis pas arrêté aux seuls comics car les adaptations cinématographiques ne sont pas en reste dernièrement pour ce qui est de donner des références visuelles. J’ai donc retenu deux images qui me semblaient appropriées : celle de la silhouette très élastique et graphique de Spiderman élancé dans les airs grâce à son fil d’araignée et l’affiche tellement vus des héros au regard sombre qui avancent d’un pas décidé vers l’objectif.

Mème Spiderman Oreille en Pointe 2014

Mème captain america

Les essais étaient assez concluants. On obtenait des visuels qui pouvaient fonctionner. Il manquait cependant un peu de la petite histoire qui colle vraiment au festival.

Le thème final : un éclairage nouveau de la mascotte.

L’idée finale qui a permis de développer le visuel était aussi simple et peut-être prévisible que les premières. Cela ne lui enlève en rien son « à-propos ». Elle est issue aussi de l’envie de prendre un point de vue différent : faire un gros plan, avoir un cadrage serré.

Superman est indéniablement le super héros le plus célèbre. Son iconographie est comme on l’a vu mythique tout comme son fameux geste qui consiste à arracher sa chemise sous laquelle se cache son habit de sauveur. Tout comme lui, la bébête est masquée sous une peau de mouton même si on voit toujours un peu de son aspect de loup en dessous ; Et l’on sait que sa mission (« apporter de la bonne musique & ne pas rentrer dans le rang ») réside dans son être loup. Alors rien de plus logique que tel superman, elle s’élance vers sa mission en arrachant sa peau de mouton. Ou bien est ce l’invitation qu’elle fait au public du festival, de sortir de son rôle de mouton et de rejoindre un événement non bêtifiant mais très enrichissant.

Inspiration et visuel final Les oreilles en pointe 2014

Voilà pour les multiples interprétations et petites histoires que l’on peut en tirer. Tout cela sans se prendre trop au sérieux bien sûr : la rupture entre la grandiloquence du geste et l’aspect rondouillard de la mascotte garantit l’effet comique.

Voici donc les trois ingrédients qui constituent la base de travail pour le Festival Les Oreilles en Pointe : la mascotte, le traitement graphique et la petite histoire. Ils ont permis de livrer un visuel cohérent quant à l’image du festival et riche à décliner en une identité graphique complète pour 2014.

Je parle justement de tous ces petits aspects graphiques de la déclinaison du projet dans un autre article : Déclinaison Web et Papier de l’identité graphique 2014 Les oreilles en Pointe.